vendredi 18 février 2011

12 - Conte de Noël carbonique

La veuve affligée veillait sur son garçon malade, faible et fort pâle. Trop pauvre pour le faire soigner, elle n'avait que ses larmes pour seul onguent.

Vain remède contre la Voleuse d'âmes qui rôdait...

Noël qui approchait était son dernier espoir. Elle se dit qu'en allant implorer le bon Dieu à la messe de minuit, il lui ferait un miracle et ce serait son cadeau de Noël à elle. Pourquoi lui refuserait-il cette grâce ? Après tout les miracles existent... Elle qui avait tant souffert toute sa vie, repue de malheurs, écoeurée de misères, nageant dans les pleurs depuis qu'elle était sur terre, à bout de souffle, elle n'avait plus d'autre choix que de se résigner à l'impossible ! Du fond de son gouffre, il n'y avait plus que la lumière qui fût envisageable, solution dernière de tout désespéré.

Le soir de la messe de minuit, une folle confiance l'envahit, faisant naître en elle un radieux pressentiment, chose qu'elle n'avait jusqu'alors jamais éprouvée. Son âme semblait s'éveiller à une réalité supérieure, comme si le fait d'espérer un miracle avait suffit pour faire surgir du fond de sa nuit une flamme soudaine, un feu plein de promesses.

Elle en fut bouleversée.

Si cet état merveilleux dans lequel elle se trouvait n'était qu'une illusion due à l'excès d'accablement se dit-elle, comme l'accumulation du malheur fait naître l'ivresse -cette armure de l'âme trop éprouvée-, alors le mirage était tout comme un brasier réel qui chauffait son coeur et à ses yeux il en avait les mêmes pouvoirs. Illusion ou pas, peu importe : le principe agissait, du moins en était-elle persuadée. Les prémices d'un grand bonheur allaient lui ouvrir en cette nuit de Noël une porte cachée qui la délivrerait de tous ses maux, elle n'en doutait déjà plus dès ses premiers pas en direction de l'église sous la tempête de neige redoublant d'intensité.

Avant de partir elle avait pris soin de rapprocher le lit du petit moribond de la cheminée et d'y ranimer le bon feu.

Elle avait tant supplié le petit Jésus de la crèche durant la cérémonie, soutenue par les autres pauvres gens de la campagne émus par sa ferveur, avait mis tant de confiance dans cette nuit de Noël où tous les miracles sont possibles, qu'elle revint tout allègre au chevet de son enfant, insensible au froid et à la fatigue.

Quand elle poussa la porte de la masure, l'âtre irradiait.

La braise était ardente encore, la veuve ayant, comme nous le savons, consciencieusement chargé le foyer de grosses bûches afin que son fils demeuré seul ne manquât ni de chaleur ni ne lumière tandis qu'elle adressait ses suppliques au Ciel, là-bas à l'église.

La lueur intense du feu éclairait le visage de son garçon.

Elle explosa de joie.

Celui-ci regardait paisiblement en sa direction, la joue rose, le front calme, un sourire béat aux lèvres. Il était rétabli, sauvé des bras de la Camarde !

Elle se précipita pour l'embrasser et rendre grâces à Dieu à travers les sanglots furieux, incontrôlables d'un bonheur indicible.

La neige, très dense cette nuit-là, en s'accumulant sur le toit avait formé un bouchon passager en haut de la cheminée et avant de fondre assez vite, pendant quelques minutes le petit malade au bord du foyer avait eu le temps d'inspirer l'air qui en fut refoulé.

Sa mère l'étreignait toujours, l'embrassait sans cesse, pleurait de joie sans pouvoir s'arrêter, éperdue de bonheur.

Ce que la veuve, enivrée par ses propres larmes de joie, emportée par les battements fulgurants de son coeur transfiguré -et pour ainsi dire dans l'impossibilité de revenir à la réalité- ne savait pas encore en cette nuit de Noël qu'elle n'oubliera jamais, c'est qu'en approchant le lit de l'âtre et en ranimant la flamme, sans le vouloir elle avait précipité le sort.

Cette joue fraiche, cette face sereine, ce sourire doux qu'elle avait retrouvés à son retour n'étaient qu'un masque trompeur, que certains seulement savent reconnaître.

Sans s'en rendre encore compte, depuis son retour de cette fameuse messe de minuit où elle avait mis ses derniers espoirs de mère, elle enlaçait un corps froid.

Blogs principaux de Raphaël Zacharie de IZARRA :
IZARRALUNE

AUTRES TEXTES DE RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA

1 - Incitation à l'alcool http://1izarra.blogspot.com/
2 - Futilité de l'emploi http://2izarra.blogspot.com/
3 - Le vol du parasite http://3izarra.blogspot.com/
4 - Izarra-Farrah Fawcett : l'interview-vérité http://4izarra.blogspot.com/
5 - Considérations misanthropiques sur Noël http://5izarra.blogspot.com/
6 - Boy's band : la revanche des culs-terreux http://6izarra.blogspot.com/
7 - La revanche des culs-terreux (suite) http://7izarra7.blogspot.com/
8 - Israël-Palestine, n'y sacrifions pas nos légumes ! http://8izarra.blogspot.com/
9 - A un membre de Facebook http://9izarra.blogspot.com/
10 - Le mâle épilé http://10izarra.blogspot.com/
11 - 13 TEXTES SUR LE 11 NOVEMBRE http://11izarra.blogspot.com/
12 - Conte de Noël carbonique http://12izarra.blogspot.com/
13 - Tyrannique sens de l'égalité républicaine http://13izarra.blogspot.com/
14 - Beauté et grandeur du voile islamique http://14izarra.blogspot.com/
15 - Joharno présenté par Raphaël Zacharie de IZARRA http://15izarra.blogspot.com/
16 - RETRAITES : JEUNESSE SENILE ! http://16izarra.blogspot.com/
17 - AMUSANTE ETUDE UNIVERSITAIRE SUR IZARRA http://17izarra.blogspot.com/
18 - Je suis un pacha parmi de faux pauvres http://18izarra.blogspot.com/
19 - Tristesse de l'homosexualité masculine http://19izarra.blogspot.com/
20 - BAISERS PUBLICS DES SODOMITES http://20izarra.blogspot.com/